Ce matin elle m’a dit…

alixpoursite

Sur le chemin du lycée elle m’a parlé de son rêve, me disant qu’elle était plus traumatisée qu’elle ne le pensait. Dans ce rêve nous étions en Irak à la recherche de quelqu’un, et nous avons tous été tués…. Ce rêve (cauchemar…) prouve s’il en était besoin, que nous sommes tous marqués plus profondément que nous ne l’imaginions par ce qui s’est passé vendredi dernier à Paris. Nous sommes privilégiés et chanceux qu’aucun de nos proches n’ait été ni blessé, ni tué Nous avons eu des nouvelles de nos parisiens rapidement. Nous avons fait en sorte d’échapper aux flots d’images insoutenables relayées par certaines chaines de télévision tout en restant informés.  Mais autour de nous, nous avons vu, entendu, des personnes touchées personnellement par la détresse et le chagrin. Nous avons été portés dans un premier temps par la solidarité, la compassion, l’empathie du peuple français, par les soutiens des autres pays. Après l’émotion nous voilà face à une montagne d’incompréhension, de questions. Ces jeunes tués par d’ignobles barbares ont le visage de mes enfants. Nos jeunes ont réalisé qu’aujourd’hui que leur mode de vie, leur culture, leur avenir, leur insouciance avaient été attaqués, et non plus juste le symbole d’une presse libre et libérée comme en janvier. Je me dis qu’à 17 , 23, 26 ans, à l’aube ou au début de sa vie d’adulte,  il est absurdement et  totalement injuste de devoir construire sa vie sur les cendres de tels actes.

J’aimerais tellement effacer ses cauchemars et comme quand elle était petite l’aider à dormir avec de douces histoires, restaurer l’insouciance… Si  ce terme peut exprimer aussi une forme d’indifférence, de détachement, il est aussi l’apanage des années de jeunesse.

  »Il me manque le repos, la douce insouciance… » Musset

Comments are disabled.