Leçon de vie…

IMG_0727

C’est étrange comme parfois des personnes qui ont traversé notre vie de manière fugitive, laissent une empreinte indélébile. Les hasards de la vie font se rencontrer des gens aux vies très éloignées, très différentes, c’est une des richesses du quotidien mais aussi la richesse première des voyages. Un jour, un lieu, un moment et une relation se crée, même en quelques jours. On ne s’en rend pas compte obligatoirement sur le moment. Une culture différente, des âges différents, des à priori parfois, font que tout reste un peu superficiel. La méfiance face à l’inconnu, ou au « mal connu » retient l’élan instinctif. Le temps passe et cette personne reste dans un petit coin de la tête et du coeur, pas simplement un joli souvenir de vacances, mais la sensation d’avoir côtoyé une belle personne, une belle âme. Quand cette personne meurt brutalement là-bas si loin on est surpris du chagrin qui nous assaille. C’est à ce moment là qu’on comprend que c’était vraiment une jolie rencontre. Les fameux réseaux sociaux qui jusqu’à ce jour fatal ont permis de garder un lien, permettent de découvrir que d’autres ont su que c’était quelqu’un de bien, de sincère, et que ce sourire immense était l’expression d’un caractère tout entier tourné vers l’autre, semant autour de lui de la joie, et du bonheur tout simplement. Je pense être passé à côté de quelque chose en restant toujours un peu sur la réserve, en ne voyant qu’un côté charmeur à ses déclarations d’amitié envers nous et d’amour à Alix, il y avait bien sûr un jeu de séduction entre lui et ma jolie Alix, mais il y avait aussi une envie de communiquer, une envie de partager avec nous tous que nous n’avons pas su voir comme il l’aurait fallu, juste aperçu.   Il aimait beaucoup Edouard aussi, un peu comme un frère. Il avait d’ailleurs l’âge de Paul… Il s’amusait à m’appeler Maman :-)

Il est mort lundi au milieu des poissons multicolores de la mer rouge, dans cet endroit où nous avons été si heureux il y a deux mois,  accident d’apnée à priori. J’ai des regrets, et j’ai du chagrin…

Comments are disabled.